Accueil >



Ethiopiques n°80 (1er semestre 2008) : appel à contributions Ethiopiques n°92 (1er semestre 2014) : appel à contributions De la Négritude à la Renaissance africaine, quels concepts, clés de lecture et réponses pour aujourd’hui et demain ?

Le thème de la reconnaissance de soi et de son éminente dignité, mis en exergue par Hegel, demeure une constante, rapporté à l’individu ou au groupe. Pour avoir subi l’esclavage, la colonisation et une constante dénégation de leur humanité, les Africains ont apporté diverses réponses telles que la Négritude, l’Africanité, l’Historicité… L’objectif de la première génération d’intellectuels africains qui manifestaient la volonté de sortir l’homme noir de l’oubli, du mépris et de lui restituer sa dignité « Faire prendre conscience aux Africains de leur place dans l’histoire humaine autrement que par celle, servile, à laquelle ils ont été confinés injustement, est une mission permanente à laquelle se sont attelés nombre de devanciers célèbres dont Cheikh Anta Diop, pour n’en citer que lui. Joseph Ki-Zerbo fait partie de cette noble légion engagée à « arrêter la débâcle de la conscience nègre » selon ses propres termes. » (Ki-Zerbo, Repères pour l’Afrique, 2007 : 10). La constance de cette mission s’est encore manifestée avec le sommet de l’Union africaine, en mai dernier à Addis-Abéba sur le thème principal de la Renaissance africaine. De nombreuses études ont été menées en Afrique dans maints domaines du savoir. Elles appellent la réalisation de synthèses qui ordonnancent et articulent les idées et les positionnements, de sorte que nous ayons un corps d’idées, une vision d’ensemble, et que nous bâtissions dans le même temps une mémoire. Cela nous éviterait de tenter de réinventer la roue. Dans le même temps, de telles synthèses s’inscriraient dans un effort de conceptualisation, une autre façon d’y voir plus clair, tout en limitant notre propension à importer des concepts. Comment l’Afrique a été jusque là questionnée ? et quels rôles y ont joué les différentes générations d’intellectuels d’Afrique et d’ailleurs ? Quel a été l’engagement particulier des Africains dans la tâche de conceptualisation ? Quel(s) rôle(s) ont joué les anciennes métropoles dans ce travail de reconnaissance et de reconquête de soi ? Sur quelles théories ont été assises la réflexion ? Quelle(s) évolutions a connu cette entreprise de reconnaissance de soi ?

Le comité de rédaction




Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie