Accueil > Tous les numéros > Numéro 73 > DOUX MOTS DORES DE LA VIE



DOUX MOTS DORES DE LA VIE
impression Imprimer

Ethiopiques n°73.
Littérature, philosophie et art
2ème semestre 2004

Auteur : Meissa Maty NDIAYE

Oh, mots !
Mots de tous les livres sacrés
Brillez brillez et brillez encore par votre noblesse légendaire
Mots de tous les temples terrestres
Brûlez brûlez et brûlez encore par le génie de nos artistes
Dans le dans de nos veines
Notre sang refroidi par notre ignorance
Dans les muscles de notre chair
Notre chair ramollie par notre indifférence

Oh, mots !
Mots de tous les dictionnaires en toutes les langues
De toutes les chapelles et obédiences
Résonnez résonnez et résonnez encore
Du bout de toutes les lèvres longtemps cousues
Du bout de toutes les langues frileuses
A tous les squelettes périclitant d’effroi !
Incrustez-vous dans tous les esprits dormants
Pour que l’action soit enfin belle et fulgurante
Oh mes sœurs, oh mes frères, vive l’action !
A l’action alors !
Et toutes les mères et toutes les sœurs
Et toutes les filles pour toujours et encore devant !
A l’action crépitante au milieu des feux ardents
Que seuls peuvent accoucher les mots serments
Avec des mots de cendre pour la liberté.

Oh, mots !
Sur vos virginités l’humanité repose va vie et ses espoirs
Que toutes les chances soient égales
Que toutes les fortunes désormais se partagent
Et tout le reste sera dorénavant pour tous sans discrimination

Oh, mots !
Mots servants des grandes amours infinies
Mots accoucheurs de toutes les paix jadis perdues
Plus jamais de drapeaux en berne par la faute de mes frères
Ou par l’arrogance de maîtres belliqueux

Oh, mots !
Si nous avions compris vos sens, pourquoi et encore aujourd’hui la PALESTINE,
Au nom de tous les signes et symboles mythiques vers et scintillants
Au nom de tous les doux mots dorés inscrits sur les tableaux noirs blanchis de sagesses
Célébrons la terre embaumée de ses meilleurs encens dont trois seuls suffiront pour que le monde soit rose : VERITE - JUSTICE - SOLIDARITE





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie