impression Imprimer

Ethiopiques numéro 60 revue négro-africaine
de littérature et de philosophie
1er semestre 1998

Auteur : Ibnou Balley BEYE

Minuit, je vais dans la nuit
La nuit mon amante fleurie d’étoiles calmes
Nuit !Ô nuit bien des fois sans parures
Te voici de mille diamants parée
Et promise à l’heure nuptiale
Aux fantaisies de l’amant
Ta face est belle comme le reflet de la mer
Au clair de Lune
Douce comme le sable de la plage sous mes pieds
Je te sens jusqu’aux limites de tes flancs
Le crépuscule et l’aurore Je te respire et te goûte toute entière Ô nuit nuit
Ô ma nuit fidèle aux rendez-vous.





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie