Accueil > Tous les numéros > Numéro 62 > LES EPOPEES D’AFRIQUE NOIRE DE LILYAN KESTELOOT ET BASSIROU DIENG, PARIS-KARTHALA, EDITIONS UNESCO, 1997.



LES EPOPEES D’AFRIQUE NOIRE DE LILYAN KESTELOOT ET BASSIROU DIENG, PARIS-KARTHALA, EDITIONS UNESCO, 1997.
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 62
revue négro-africaine
de littérature et de philosophie
1er semestre 1999

Auteur : Oumar SANKHARÉ

Les épopées d’Afrique Noire de Lilyan Kesteloot et Bassirou Dieng constitue une vaste fresque littéraire. A la suite d’une première partie théorique qui définit le genre, les auteurs procèdent à l’historique en retraçant son évolution à travers les siècles avant d’orienter leurs réflexions sur les différentes typologies de la geste africaine. Les deuxième et troisième parties de l’ouvrage représentent une anthologie des récits de l’Afrique occidentale, de l’Afrique centrale et orientale.
Cette oeuvre, riche et dense, offre un large panorama des formes épiques dans l’aire géographique du continent africain. Elle reflète également les grandes qualités de chercheur de ces universitaires qui sont passés maîtres dans les techniques, de la critique médiéviste.
On pourrait toutefois reprocher aux auteurs de n’avoir pas bien compris la perspective adoptée par Senghor dans son poème dramatique sur « Chaka » qui n’a pas été composé selon la même veine que le récit épique de Mofolo.
Senghor n’a nullement « édulcoré le personnage ». Son intention était plutôt de se représenter comme poète et comme politique, par le biais de cette figure historique dont il a fait son double. Si le « Chaka » de Senghor « perd de son envergure », il gagne cependant plus d’humanité.
Au total, voilà un outil précieux pour la recherche sur l’histoire africaine et la littérature orale qui fera date dans les annales de la critique à cause de son érudition et de sa finesse.





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie