Accueil > Tous les numéros > Numéro 55 > LA RELIGIOSITE DES SEREER, AVANT ET PENDANT LEUR ISLAMISATION



LA RELIGIOSITE DES SEREER, AVANT ET PENDANT LEUR ISLAMISATION
impression Imprimer

Ethiopiques n°54
revue semestrielle
de culture négro-africaine
Nouvelle série volume 7
2e semestre 1991

Auteur : Issa Laye THIAW

Nous tenterons d’étudier la religiosité des Seereer, leur religion du terroir, la sacralité de la langue Seereer. Nous présenterons aussi une étude sommaire sur les croyances arabes préislamiques et les prénoms semites que l’on considère à tort comme des noms religieux. Tel est le thème que nous proposons à l’auditoire, tout en espérant apporter notre modeste contribution au dialogue spirituel entre l’Islam et la religion négro-africaine seereer.
Il n’est pas facile de traiter un tel sujet, en raison de l’absence d’un dialogue spirituel entre l’Islam et la religion traditionnelle des Seereer.
Si le terme « religiosité » exprime la dévotion ou l’attachement à une religion précise, il s’applique aux Seereer qui s’attachent jalousement à leurs valeurs traditionnelles et manifestent un intérêt limité à l’égard des religions venues de l’extérieur. Cependant, quelques individus adhèrent à ces religions et s’éloignent petit à petit de la religion du terroir.
Cette dernière est l’objet d’agression et de dénaturation de la part de certains musulmans, en vue d’en affaiblir l’impact dans les esprits. Dans ce cadre, les voisins Seereer leur attribuaient des noms et qualificatifs qu’ils inventaient de toutes pièces, pour tenter de prouver leur supériorité et celle de leur religion. Nous jugeons utile de citer quelques étymologies hasardeuses dont les Seereer ont été victimes.
1. Le nom Seereer aurait dérivé du mot Wolof reer, qui signifie, être perdu, égaré. C’est-à-dire celui qui a refusé (le guide de) l’Islam. Rappelons que les Musulmans désignent la période anté-islamique par un terme négatif « Açrul jàhiliyi » : période de l’ignorance.
2. Le nom Seereer viendrait de l’expression wolof seet reer, chercher une chose cachée ou perdue. Cette définition du nom Seereer a été inventée de toutes pièces par un marabout qui voulait montrer la supériorité de sa secte sur la religion traditionnelle seereer. Cette définition s’appuie sur une narration selon laquelle : « un jour, un animiste seereer, alla chez le marabout x... Le portier bëkk-néeg l’empêcha d’entrer dans la chambre. Ils se batirent jusqu’à ce que le Marabout entendît le bruit. Il dit au portier : « laisse le entrer, ce qu’il cherchait depuis longtemps est ici ».
3. Une autre version prétend que le nom seereer viendrait du mot arabe sahir signifiant magicien ou celui qui pratique la magie. (Une allusion faite à la religion traditionnelle). Cette définition malveillante comme les précédentes est fondée sur le fait que le Seereer est réputé détenir un pou­voir occulte et mystique inexplicable.
4. Enfin, une 4ème version racontée par certains Haal-pulaar laisse entendre que lors de l’invasion du Fuuta par les Arabo-berbères, les Seereer refusèrent d’embrasser la religion des conquérants étrangers. Les voisins Pul leur disaient : « Puisque vous avez refusé de vous convertir à l’Islam, nous allons nous séparer ici ». Selon cette légende, le nom Seereer dériverait donc du mot Pulaar : ceer ti ou seer de qui signifie : se séparer, répudier, rompre.
En examinant ces différentes versions, on se rend compte qu’elles se réfèrent toutes à la religion Musulmane. Il est fort possible que l’emploi du mot Séreer soit antérieur à l’apparition de l’Islam en Afrique noire. Celui-ci a joué un rôle important dans la division des Africains en des communautés croyantes et incroyantes. Le nom seereer serait lié à la religiosité du peuple qui le porte. Si l’on en croit C. Anta DIOP qui dit : « Le nom Sérère, signifie : celui qui détermine des Temples, en Egyptien. Le sens serait bien conforme à la ferveur religieuse des sérères qui sont, jusqu’ici, un des rares peuples du Sénégal non encore entièrement conve