impression Imprimer

Ethiopiques numéro 55
Revue semestrielle
de culture négro-africaine
Juin 1992
La Civilisation Serère d’hier à demain
Actes du Colloque
des Journées Culturelles du Sine
Fatick, 10-12 mai 1991

Auteur : Saliou Sambou [1]

Les premières journées culturelles sérères ont vécu. Et paradoxalement, c’est parce qu’elles ont vécu qu’elles viennent réellement de commencer.
En effet à partir de questionnements multiples et d’interrogations diverses et variées qui n’ont pas trouvé de réponses satisfaisantes, le doute s’est emparé de la diaspora sérère et une remise en cause de certains comportement sociaux tenant lieu de repères identitaires envahit les esprits. Et c’est là le point de départ d’une aventure humaine très passionnante à laquelle nos cousins sérères doivent faire face : le retour aux sources.
Le Sérère sera ou ne sera plus, selon qu’il résiste aux flots impétueux d’une civilisation assimilationniste, pauvrement uniformisante et bâtarde, née d’un accouchement douloureux entre l’Occident colonial et ses valets locaux adulés et étiquetés comme piliers et supports d’un européocentrisme décadent et obsolète, ou qu’il se fasse complice de sa propre aliénation en acceptant sans réchigner d’autres valeurs de civilisation totalement opposées à sa nature et surtout à son environnement culturel. Le moment est venu d’opérer un choix judicieux car l’erreur n’est plus permise.
Désormais, les Africains se sont rendu compte que toute culture est en soi un centre légitime d’où l’on peut considérer l’univers des cultures.
Dans cette optique les cultures africaines ont des perspectives propres.
L’Afrique ne doit plus chercher à voir le monde avec des lentilles culturelles d’emprunt, ni chercher à se développer avec des systèmes qui ne tiennent pas compte de son environnement, de son génie propre et de sa propre échelle des valeurs, c’est-à-dire ses propres concepts et catégories de pensées. Il est évident que le génie africain ne produira des fruits que lorsque les Africains se mettront à combler le fossé entre leurs pensées et leurs aspirations d’une part, leur environnement et leurs ressources d’autre part. Il nous faut donc intérioriser les idées des penseurs et des décideurs africains en assurant une éducation qui soit en accord avec les traditions et l’environnement socio-culturel.
Il est clair que nous devons sauvegarder notre identité culturelle en formulant des philosophies de l’éducation qui nous soient propres. Les philosophies de l’éducation ont une importance décisive pour la Nation. C’est ce qui traduit la différence entre l’éducation dispensée aux jeunes Spartiates et celle dispensée aux jeunes Athéniens. L’éducation à Sparte était axée sur la guerre. Elle était en un sens fonctionnelle car elle préparait physiquement et mentalement les jeunes au combat et à la guerre, en somme à la mort. Par conséquent, la société spartiate a disparu sans rien laisser à la postérité qu’une leçon éclatante sur la philosophie de l’éducation la moins durable.
La société athénienne mettait l’accent sur la culture de l’esprit et considérait seulement la culture physique comme condition nécessaire du bien être mental, émotionnel et intellectuel, récompensant les œuvres de l’esprit : « Mens Sana in corpore sano ».
Elle a non seulement survécu, mais elle a légué son capital culturel d’art, de littérature, de philosophie, de sciences et de mathématiques aux cultures du monde et elle a posé les bases de la science de l’art, de l’architecture et de la technologie moderne.
De la même manière, les cultures africaines ont des perspectives propres. Souvent, elles dévoilent une dimension humaine transcendant le rationnalisme cartésien et le positivisme scientifique. Ici l’homme se perçoit dans sa globalité essentielle et s’analyse en rapport avec son environnement et ses relations ayec les esprits des ancêtres, avec le cosmos et les phénomènes naturels qui influencent toujours son comportement. Rien ne peut être le fait du hasard et tout a une explication. C’est que l’homme est une particule de la Nature vivant en symbiose avec un environnement lui-même vivant et qui évolue par un phénomène d’interactions entre tous les éléments qui le composent : tout a une vie, même les traces que les pieds laissent sur le sable, le morceau de bois qui se met au travers d’un sentier, le serpent posant sa tête sur une grosse racine émettent des messages que seuls les initiés peuvent décoder. Les oiseaux, les reptiles, les insectes, les hyènes communiquent régulièrement avec l’homme. S’il y a un événement grave qui doit se produire, la nature elle­même transmet des messages à l’homme. Seulement notre rationnalisme ne nous permet pas de les entendre, car il n’est souvent pas aisé d’expliquer le comment et le pourquoi de toutes ces « occurrences ». Les guérisseurs du Centre de Médecine Traditionnelle de MALANGO sont des exemples de cette complicité entre l’homme et la Nature.
Cependant, ce sont des espèces en voie de disparition pour notre malheur. C’est pourquoi des efforts doivent être faits pour préserver ce patrimoine mondial banalisé et perçu comme simple folklore. Mes cousins [2] sérères ont là un rôle éminemment positif à jouer que ROG SEEN leur a confié : l’apport de l’Afrique au patrimoine culturel de l’humanité et la matérialisation de l’unité nationale sénégalaise car :

HISTORIQUEMENT :

Les sérères sont au centre de toute la stratification des ethnies composant le peuple sénégalais. Ils ont des liens de sang avec les Joolas, les Socés, les Toucouleurs, les Ouolofs, les Lébous, etc.

CULTURELLEMENT :

Ils sont la grande galaxie principale autour de laquelle tournent comme des météores toutes les autres composantes ethniques du Sénégal et même de l’Afrique de l’Ouest.

GEOGRAPHIQUEMENT :

Ils vivent au cœur du Sénégal et les cinq branches de leur étoile sacrée embrassent tout le territoire national.

SYMBOLIQUEMENT :

Le Sine, c’est le sel et il n’y a aucun mets qu’on prépare au Sénégal sans y mettre du SINE, je veux dire du SEL.

PRATIQUEMENT :

Le Sérère et sa culture sont incontournables pour bâtir une nation sénégalaise homogène culturellement forte et en même temps composite avec des apports enrichissants faits de toutes les spécificités.


[1] Gouverneur de la Région de Fatick

[2] N.D.L.R. Le Gouverneur Sambou, qui est diola, parle ici de ses parents à plaisanterie sérères.




Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie