Accueil > Tous les numéros > Numéro 55 > ALLOCUTION D’OUVERTURE DU COLLOQUE



ALLOCUTION D’OUVERTURE DU COLLOQUE
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 55
Revue semestrielle
de culture négro-africaine
Juin 1992
La Civilisation Serère d’hier à demain
Actes du Colloque
des Journées Culturelles du Sine
Fatick, 10-12 mai 1991

Allocution prononcée par M. Moustapha KA
Ministre de la Culture

lors de la cérémonie inaugurale du colloque des premières journées culturelles du Sine le 11/Mai/91

Monsieur le Président du Comité d’Organisation,
Monsieur le Président de la Commission Scientifique,
Messieurs les membres de la Commission Scientifique,
Distingués Conférenciers,
Mesdames, Messieurs,

Les Journées Culturelles du Sine sont donc ; enfin, portées sur les fonts baptismaux. Nous devons cet heureux événement à la mobilisation des valeureuses populations du Sine, encadrées avec intelligence par un Comité d’organisation dévoué et disponible. De son côté la commission scientifique du colloque a réussi la gageure d’inscrire dans les manifestations un événement culturel de premier plan.
Je voudrais réitérer à tous mes félicitations les plus chaleureuses.
Le Chef de l’Etat et le gouvernement sont impressionnés par le succès de cette synergie entre l’action étatique et les initiatives locales appuyées par la société civile. Ainsi les Journées culturelles, de Fatick, comme de ses devancières : Bakel et Sédhiou, s’apprécient comme un inestimable champ d’expérimentation. Elles sont devenues un observatoire privilégié de la voie sénégalaise vers le développement culturel. C’est pourquoi rien ne sera jamais négligé pour leur conférer un succès éclatant.
Il ne saurait en être autrement puisque l’enjeu est le développement dans un contexte de démocratie et de liberté. Il s’agit, et il s’agira toujours, de faire de notre peuple le concepteur, l’artisan et le bénéficiaire du développement.
En cela Fatick est une sorte de laboratoire qui prouve que nous n’élaborons pas de stragégie ex-nihilo. Notre démarche est patiente, méthodique et cohérente. Elle n’est jamais pure spéculation non plus que volontarisme débridé ; elle est toujours interaction entre théorie et pratique.
Aujourd’hui, nous commençons tous, à voir nos patients efforts couronnés de quelque succès. En effet, la dialectique enracinement et ouverture se vérifie d’abord au niveau national toutes les cultures nationales sont réhabilitées dans un climat de dialogue, d’interpénétration, voire de métissage.
Temps forts des « Journées culturelles », le colloque nous permettra, j’en suis persuadé, d’approfondir la réflexion sur la stratégie et la démarche adoptées.
Son environnement thématique autorise, en tout cas, une telle ambition.
A partir d’un thème général : D’hier à demain : patrimoine culturel et développement, tour à tour, l’histoire, la géographie, la philosophie, la religion et, dans leur sillage, les données archéologiques, démographiques, sociologiques seront interrogés.
Ainsi une composante du patrimoine culturel national sera restituée, avec toute sa richesse, dans l’espace et le temps. Et cette restitution sera elle­même envisagée dans une dynamique d’intégration, et en tant que balise d’une ouverture fructueuse à la modernité.
Car il s’agit de faire de la diversité culturelle, le creuset de l’unité nationale, pour un Sénégal prospère œuvre de tous ses fils.
Grâce à votre appui et à l’aide de tous nous y parviendrons et il ne me reste, donc, qu’à souhaiter pleins succès à vos travaux.

Je vous remercie.





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie