Accueil > Tous les numéros > Numéro 11 > ROMANS, ESSAI : LES FLAMBOYANTS : Patrick GRAINVILLE



ROMANS, ESSAI : LES FLAMBOYANTS : Patrick GRAINVILLE
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 11
revue socialiste
de culture négro-africaine
juillet 1977

Auteur : Raymond RELOUZAT

Il y a beaucoup à dire sur « Les Flamboyants » de Patrick Grainville, qui a obtenu en novembre 1976, le Prix Goncourt, et sur la validité de l’image de l’Afrique noire que tendent à imposer un certain roman français, et une certaine tradition littéraire : aussi le ferons-nous, comme nous l’avons déjà écrit à propos du compte-rendu, ici même, du livre de Bruno Mann dans un article à paraître bientôt dans « Ethiopiques ». Nous pouvons toutefois, dès maintenant, faire les quelques remarques qui s’imposent.
Patrick Grainville, qui est professeur, et a été coopérant, ce qu’il faut noter aussi bien pour lui que pour Bruno Mann, a délibérément choisi le flamboiement et l’excès, en ce qui concerne le style de son roman, et le mythe en ce qui concerne l’anecdote, respectant ainsi la règle fort scolaire qui réclame la convenance de l’écriture au sujet, et qui, il faut bien l’avouer, n’est encore défendue que par quelques incroyables fossiles de l’enseignement primaire. Racontant une histoire folle, il le fait follement, à la façon d’un bon élève qui séduirait ses maîtres par son talent, sa hardiesse - ses néologismes, ses constructions syntaxiques audacieuses -, et une connaissance supposée valable de la réalité africaine, puisqu’il a séjourné dans ce continent mythique, l’Africa portentosa, dont la fonction ne semble être au niveau des ouvrages romanesques européens, que de fournir des personnages aussi excessifs que Tokor Yali Yulmata, ou des décors aussi délirants que ceux torrentiellement décrits à grands renforts d’épithètes dans « Les Flamboyants ».
C’est avec les éléments mille fois ressassés d’une Afrique de convention qu’il a écrit un roman d’un pernicieux exotisme : un roi nègre despotique, une population terrorisée, des généraux comploteurs et un témoin occidental, bien entendu privilégié sous le rapport de l’ esprit, et interlocuteur préféré du roi fou. Il est, de plus, hors de doute, que ce témoin d’essence aristocratique est Patrick Grainville lui-même... Ajoutons le procédé qui consiste à accumuler à plaisir des noms africains, pour ajouter à l’étrange et au bizarre de l’univers inventé par le récit, et nous avons 313 pages de recettes d’écritures d’habitudes littéraires, et de clichés coloniaux.
Ceci dit, cela marche encore dans une certaine France, dans un certain public, d’un niveau d’instruction relativement modeste, d’expérience courte et limitée à l’Europe, d’origine citadine et d’immense bonne volonté. Cela marche parce que c’est l’équivalent littéraire d’un feuilleton télévisé qui connut un certain succès en France il y a quelques années, où l’on voyait un petit Français blanc, Bichon, âgé d’une dizaine d’années, « civiliser » grâce à l’éclat de son sourire, et un charme tout personnel, les hommes d’une tribu africaine (présentés comme des guignols un peu dangereux) où séjournaient ses parents, qui semblaient être des sortes d’explorateurs petit-bourgeois. Patrick Grainville, c’est Bichon qui a grandi, et qui prend ses rêves pour la réalité.





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie