EN DEUX PAGES MALADIVES…
impression Imprimer

Ethiopiques numéro spécial.
Littérature, philosophie et art
10e anniversaire. Senghor, d’hier à demain.

Auteur : Ahmed BEN GELLOUN

Comment admettre d’autres matins
Ce désaccord étrillant nos craintes
Et cette torsion faite mer
Jusqu’à moi
Par erreur

J’ai vu Joal disperser mes yeux
Dépeindre d’une traite le monde
D’une seule ronde de vers détenus
En deux pages maladives
Je les livre en gage
Aux lueurs

J’ai vu ces cieux
Ce lieu sans brou
Adressé à tes mains
Où brûle chaque aube
Un dernier geste
Immolé de chagrin

Mais que m’échoie le songe
S’échoue le rêve qui sème _ A la volée _ Les engeances

Dans la brousse du regret
Te danser à la source
À la manière des femmes-lionnes de Joal
Te chanter
Comme un homme-volcan
Senghor
Dis-moi
Dis-moi où déverser nos peurs
Qui déplient les angles de l’esprit maladroit
Quand seront sevrées nos souffrances
Nous _ Maintes fois morts
Après toi

Vexé jusqu’au lexique des maux
Auxquels je ne pense pas
Jusqu’à l’axis du dernier refuge
Je ne te connaîtrai pas

Mais j’ai vu cette ville
Pourtant sans étain
Inverser mes saisons
Battre aux tempes des pierres
La grêle refoulée
La houle blessée de ma tête

Mon amour est un enfant puni
A genoux sur le gros sel du cœur

Or à la porte d’une passion
Je suis en retard d’un poème
Te prie sous l’étrave de ce siècle
Où j’ai bu aux fontaines du vent

Je viens de l’oubli
Blanchis-moi d’un signe
Secoue-moi
Comme un arbre mort
A l’arrière-cour d’une raison
Puis berce-moi
Que je grandisse d’incompréhensible
Dérange toutes les convenances

Il me faut prétexter les soupirs
Arracher les savanes spiritueuses
Et les criques tues par l’eau et l’idée
De déchirer l’épreuve
Mais les psaumes s’étouffent
A longueur de souffle
Les larmes s’épuisent

Verrai-je ton nom
Aux roches clandestines
Gravé par l’Appel forcené des étoiles
J’étais lauriers
Secrets de ton Noir Espoir
Etaient mes rêves postés
A langueur de jour
Et mon pouls frissonnant de rônier

Ah ! donnez-moi une terre
Jetez-moi un ciel où semer mes cris _ Et dites-moi _ Dites-moi
A hauteur de palmes
Dix fois centenaire
Sédar





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie