Accueil > Tous les numéros > Numéro 2 > LE VITRIER NEGRE



impression Imprimer

Ethiopiques numéro 2
Revue socialiste
de culture négro-africaine
avril 1975

Auteur : Jean-Joseph Rabearivelo [1]

« Le Vitrier Nègre » est extrait de « Traduit de la Nuit » (1935).

Le vitrier nègre
dont nul n’a jamais vu les prunelles sans nombre
et jusqu’aux épaules de qui personne ne s’est encore haussé,
cet esclave tout paré de perles de verroterie,
qui est robuste comme Atlas
et qui porte les sept ciels sur sa tête,
on dirait que le fleuve multiple des nuages va l’emporter,
le fleuve où son pagne est déjà mouillé.

Mille et mille morceaux de vitre
tombent de ses mains.
mais rebondissent vers son front
meurtri par les montagnes
où naissent les vents...

Et tu assistes à son supplice quotidien
et à son labour sans fin ;
tu assistes à son agonie de foudroyé
dès que retentissent aux murailles de l’Est
les conques marines -
mais tu n’éprouves plus de pitié pour lui
et ne te souviens même plus qu’il recommence à souffrir
chaque fois que chavire le soleil


[1]

Né en 1903, mort en 1937 à Tananarive. Le jour de sa mort, à 15h 02, il note : « je vais boire - c’est bu - Mary (sa femme) Enfants. A vous toutes mes pensées les dernières - j’avale un peu de sucre - je suffoque. Je vais m’étendre »...




Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie