Accueil > Tous les numéros > Numéro 2 > LA SCIENCE ECONOMIQUE ET L’lNTERÊT GENERAL



LA SCIENCE ECONOMIQUE ET L’lNTERÊT GENERAL
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 2
Revue socialiste
de culture négro-africaine
avril 1975

LA SCIENCE ECONOMIQUE ET L’lNTERÊT GENERAL
J. K. Galbraith
Editions GALLIMARD
398 pages

Auteur : Franck HAMON

Avec la « Science économique et l’intérêt général », John, K. Galbraith nous présente le troisième et dernier tableau d’une vaste fresque de l’économie américaine. Avec les deux premiers, - L’Ere de l’Opulence et le Nouvel Etat industriel - il ne traitait qu’une partie du système économique ; avec celui-ci, il cherche à réunir le tout, pour restituer le système dans son ensemble.
L’ouvrage que l’on peut, en accord avec la démarche de l’auteur, diviser en trois grands développements, met en relief, d’abord, la juxtaposition du système planificateur de grandes entreprises, dont l’activité est adaptée aux motivations de la technostructure, et du système de marché, milieu naturel des petites entreprises, où les dogmes néo-classiques du consommateur-roi et de la maximisation du profit conservent tout leur sens.
Vient ensuite l’analyse des problèmes qui tiennent à cette dualité : « Inégalité de développement des secteurs économiques, inégalité des revenus, mauvaise répartition des ressources publiques, atteintes à l’environnement, inutilité pratique de certaines innovations technologiques, défaut de coordination, inflation enfin ».
L’auteur s’attaque alors à la description d’une « théorie générale de la reforme ».
Il existe un monde qui n’est pas celui des oligopoles, mais qui est celui de l’agriculteur, de l’artisan, du petit industriel..., etc..., un monde qui, pour diverses raisons, ne se prête pas à l’« organisation », mais qui nous fournit à peu près la moitié de tout ce que nous utilisons ou consommons. C’est le « système de marché », qui s’accommode de forces qu’il ne contrôle pas, et qui revêt aujourd’hui la forme de la combinaison classique d’entreprises concurrentielles et de monopoles à petite échelle.
Ici, les entrepreneurs « s’auto exploitent », et ne réservent pas un sort meilleur à leurs employés. Ici, le contrôle du personnel tient lieu de législation sociale, et le consommateur ne supporte pas les hausses de salaires.
Ici, on peut parler encore de volonté de l’individu, exprimée et transmise par le marché au producteur, de maximisation du profit d’impuissance de l’entrepreneur à influencer sa clientèle, en un mot, du modèle néo-classique et de ses règles du jeu. Le système de marche s’y conforme dans les grandes lignes, excepte à deux points de vue : d’une part l’intervention de l’Etat y est plus étendue que ne l’affirme la doctrine, d’autre part, devant coexister avec un système planificateur puissant, on peut imaginer que son développement se trouve affecté par ce voisinage.
Et quels voisins ! Pensez : des entreprises qui ne respectent même pas les règles édictées de la science des docteurs de la loi ! Des entreprises qui, sans exclure totalement l’influence de l’individu, ne peuvent exister sans « organisation », sans planification.
« L’organisation », cela consiste à mettre des spécialistes qui, pris individuellement, sont techniquement incomplets et largement inutiles, en relation fonctionnelle avec d’autres spécialistes, pour les réunir en un tout complet et utile ».
Alors, ce n’est plus un seul individu, mais « tout un complexe de scientifiques, d’ingénieurs et de techniciens, de spécialistes de la vente, de la publicité, du marketing, d’experts en relations publiques, de juristes, etc..., de gestionnaires, de cadres supérieurs qui devient le cerveau de l’entreprise ». Le pouvoir, en un mot, a quitté les mains des détenteurs de capital, pour être exercé par ce mélange de savoir et de compétences que Galbraith appelle la « technostructure ». De fait, nous ne sommes plus dans un système capitaliste, mais dans le « technostructuralisme » régi par ses lois propres. Les intérêts des nouveaux maîtres ne sont plus ceux des anciens, et la logique du régime diffère.
Bien sûr, les actionnaires sont toujours là ; bien sur, ils siégent une fois l’an, mais il suffit de leur assurer un gain minimum, qui les satisfasse, pour entretenir leur nonchalance, car, désormais, nul - actionnaires, consommateurs, syndicats, Etat - ne doit pouvoir interférer dans les décisions collégiales.
Alors, la technostructure s’assigne, comme première fin, la « croissance » de l’entreprise, l’expansion. L’expansion qui permet d’accroître son pouvoir avec sa taille, d’être en mesure de contrôler ses prix, ses coûts, de conditionner les attitudes de ses clients, de protéger ses profits contre les baisses concurrentielles, d’obtenir de l’Etat des comportements en accord avec ses besoins, d’assurer ce gain minimum qui grandit l’autonomie de la prise de décision, mais aussi cette expansion qui sert les intérêts directs de la technostructure en assurant son développement, en dépassant ce point de non retour qui la rend indispensable, invulnérable, en engendrant de nouveaux emplois, entendons de nouveaux technostructurocrates.
Pour cela, il convient de maîtriser les prix et de les fixer à un niveau tel que, tout en garantissant le montant des gains, « il ait pour effet primordial de soutenir et de développer les ventes », de maîtriser les prix aussi, afin qu’il soit possible de les augmenter pour compenser les hausses de coûts, qu’il est difficile de contrôler avec la même rigueur.


La compétition ne passe plus par les prix, mais elle se poursuit, dans d’autres domaines : la fabrication, l’innovation, la présentation, la publicité, l’art de vendre et de courtiser le public en le flattant.
La conséquence, c’est qu’avec la croissance, l’épargne est alimentée, dans une large mesure, par les bénéfices industriels et commerciaux, et que, comme les décisions d’épargne, les décisions d’investir sont le fait, dans le système planificateur, d’un nombre relativement restreint de grandes sociétés. Elles portent sur des volumes financiers impressionnants, et il n’existe pas de mécanismes pour équilibrer les deux séries de décisions. « De la sorte, les intentions d’épargne peuvent aisément excéder les intentions d’investir. Et par suite, il peut y avoir insuffisance de la demande - comme cette insuffisance réduit la production et freine l’activité des entreprises, elle aggrave le fléchissement des investissements qui, à son tour, entraîne une insuffisance plus accentuée de la demande. Ce processus continuera jusqu’à ce que la baisse des profits ait un effet plus que compensateur sur l’épargne ». Le système est donc très instable, et il l’est d’autant plus qu’il est générateur d’inflation, car la tendance normale - dit Galbraith - est de céder aux revendications salariales des syndicats. Quand le pouvoir appartient à la technostructure, la décision d’augmentation est prise par des hommes qui n’en supportent pas eux-mêmes le coût, et comme ces hommes ne maximisent pas les profits, car ils n’en bénéficient pas directement, il arrive fréquemment qu’ils puissent, grâce à une hausse de prix, maintenir les profits à leur niveau antérieur. Alors, gentiment, on s’achemine vers un mouvement continu et en spirale ascendante des salaires et des prix.
Plus généralement, puisque le système planificateur poursuit son propre intérêt, il n’y a guère de raison, sauf coïncidence hasardeuse, qu’il corresponde à l’intérêt général. Aussi, il y a surabondance de « déodorants pour les genoux » mais pénurie chronique de logements, de soins médicaux, de transports collectifs, toutes choses dont l’importance est pourtant manifeste.
« Le développement inégal, les injustices, les innovations futiles et incohérentes, les outrages à l’environnement, l’indifférence à la personne humaine, l’impuissance à établir la moindre coordination, que ce soit entre industries, sont inhérents au système, comme ils sont inhérents à la réalité contemporaine ».
Persuadé que ces défauts ne sont pas mineurs, Galbraith propose une « théorie générale de la réforme », du « Nouveau Socialisme », qui n’existera que si l’on commence par démystifier les croyances et, plus particulièrement, l’enseignement économique actuel, qui sert et qui cache le véritable visage du système economique. Il faut émanciper l’Etat, c’est-à-dire le libérer de l’emprise du système planificateur, n’élire, dans les chambres représentatives, que les candidats qui manifestent leur « conscience » de l’intérêt général, ne pas réélire les autres.
Et cette prise de conscience de l’intérêt général et de l’émancipation de l’Etat étant supposée acquise, sept principales lignes d’action publique deviennent possibles et nécessaires.
- Remédier à l’inégalité de pouvoir entre le système de marché et le système planificateur.
- Egaliser les compétences à l’intérieur du système économique, afin que des activités comme la fourniture des logements, les services de santé, etc..., qui se prêtent mal aux techniques d’organisation du système planificateur, et qui se heurtent souvent à l’incompétence du système de marché, ne soient pas délaissées, mais au contraire, soient constituées en un vaste programme majeur d’action sociale.
- Renforcer l’égalité des revenus entre le système de marché et le système planificateur, et à l’intérieur du système planificateur.
- Soumettre les objectifs du système planificateur à l’intérêt général, notamment en matière d’environnement.
- Contrôler les dépenses publiques, afin qu’elles servent effectivement à l’intérêt collectif reconnu pour distinct du système planificateur.
- Eliminer les tendances déflationnistes et inflationnistes inhérentes au système planificateur, par l’institution définitive du contrô1e des prix et des salaires.
- Assurer la coordination des industries.
Il n’est pas de conclusion qui ressorte plus clairement de ce volume, dit Galbraith, que la suivante : « Livrées à elles-mêmes, les forces économiques sont loin d’agir pour le mieux, sauf peut-être à faire le jeu des puissants ».





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie