Accueil > Tous les numéros > Numéro 22 > Merleau-Ponty AU DELA PHENOMENOGIE



Merleau-Ponty AU DELA PHENOMENOGIE
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 22
révue socialiste
de culture négro-africaine 1980

Auteur : Alassane NDAW

L’irruption de l’Etre dans le champ de la conscience, tel semble être le véritable sens du titre que l’auteur donne à son ouvrage : « Merleau-Ponty au-delà de la Phénoménologie ». La conscience ne se suffit pas à elle-même ; on ne peut bâtir une philosophie autour d’elle, ou un système, comme de nombreux penseurs ont tenté de le faire ; elle n’est pas le dernier mot de la philosophie, à supposer qu’elle en soit le premier ; le fil que tient la phénoménologie, pour remonter aux origines de tout, se casse en cours de route ; la conscience se perd très vite dans un monde plus vieux qu’elle dont elle ne fait que « monnayer » les symboles dans les différents produits de son activité à commencer par le langage. Nous sommes dans un monde où tout est rompu, un monde « en haillons », comme l’écrit Whitehead.
Faut-il pour autant renoncer à philosopher si la conscience à bout de souffle ne peut plus nous apporter les lumières qu’escomptaient d’elle un Descartes, un Kant, un Hegel ou un Husserl ? Ne sommes-nous pas reconduits à la grisaille de la nuit où, selon l’expression imagée de Hegel, il ne peut plus y avoir de pensée. Dans ce cas la suprême sagesse consisterait à se taire selon le précepte bien connu de Wittgenstein : « Ce dont on ne peut parler, il faut le taire ».
La pensée de l’auteur est différente car si pour lui l’Etre échappe à la conceptualisation et à la domestication, il est dynamisme, virtualité, force et laisse des traces de lui-même partout dans le monde, dans le langage, dans la science, dans les mythes, dans les arts, dans l’histoire. Le travail du philosophe est de se mettre à l’écoute de tout ce qui est humain pour en explorer l’ambiguïté, le dit et le non-dit, le conscient et l’inconscient, le chiasme, comme dit Merleau-Ponty, le renversement l’un dans l’autre de ces contraintes. Le but de Lefeuvre est alors de procéder à une sorte d’ontologie indirecte où il soit tenu compte de tout ce qui est vécu, exprimé, symbolisé, soit collectivement, soit individuellement, et en même temps de l’arrière-monde qui en est inséparable comme son « doublement » inévitable, l’esprit se liant immanquablement à la chair, à la voix, à la main, à la couleur, l’événement privé ou historique, se consubstantialisant en eux pour faire un monde à la fois mortel et spirituel. Or cette texture, c’est précisément dans le corps que l’auteur en voit la formation et qu’il la suit dans le langage. Ainsi s’explique le sous-titre : « de l’Etre, du corps et du langage ».
Dans la perspective de ses recherches antérieures et pour leur donner une suite, Lefeuvre se tourne actuellement vers ce qui peut être dit clairement, rigoureusement, grâce à l’utilisation d’un symbolisme logico-mathématique, et d’autre part vers les bordures extrêmes du dire, vers son agonie dans le feu de la création poétique comme dans le monde imaginaire de la plastique, pour dire plus, en révélant des figures de l’insaisissable, ce que laisse d’ailleurs déjà prévoir certaines pages de « L’au-delà de la Phénoménologie ».





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie