Accueil > Tous les numéros > Numéro 24 > LE LIVRE DECHIRE



LE LIVRE DECHIRE
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 24
révue socialiste
de culture négro-africaine
octobre 1980

Auteur : Birane Diallo

(« LA PESTE, c’est LA VIE ») CAMUS

Maître de Science, pourquoi l’horreur l’holocauste en ces jardins, qui a fané les fleurs d’espérance fauché mes labours brisé mes herses occis mon bétail ? Mais quel esprit insensé erre ici assoiffant jusqu’à mon humus soufflant peste et pestilence ?

La demeure s’est endormie en querelle comme un livre démis, ivre de songes désolés de questions folles d’effroi : crépuscule ! Car s’essoufflant à sa course au gouffre voici l’Homme céruse à l’Homme et les nations en désespoir...

M’assiste L’insomnie des eaux blanches l’aveugle litanie de mes belles d’où glisse toute vie mes mains magiciennes où gisent les morts ! Hors la demeure endormie l’aube est votre noblesse et chaque naissance du soleil, chaque syncope sous l’Arche, vous mes cosmiques salutaires à l’émoi de mes sens. Matrones royales j’épelle en ma mémoire le vieil appel de vos visages la promesse exorciste du Fleuve et de l’Océan, Que s’accorde l’altière Kora à la Chorale Antique le lis d’espérance sans palinodies !

Sur la demeure endormie sur le Livre démis sur la fleur blessée viens-t-en, Délivrance ailée, toi l’aurore sans discordance toi l’insomnie des eaux blanches ! Trésor tutélaire, viens-t-en à la réconciliation de mon essaimement...

Dakar, le 15 mai 1980





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie