Accueil > Tous les numéros > 22.GIMDHI TAARIIKA FII FUUTA-DYALON NGAABU (POEME PEULH)



22.GIMDHI TAARIIKA FII FUUTA-DYALON NGAABU (POEME PEULH)
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 28 numéro spécial
revue socialiste de culture négro-africaine
octobre 1981

l

Gimdhi taariika fii Fuuta-Dyalon Ngaabu (poème peul)

Auteur : El Hadj Thierno Abourahmane BAH

Mi dho yima dhoo gimdhi mi sifanoo on
Je en train chanter ici poème je vais raconter vous
Fii ngaabu e Dyanke ngal langal
Sur Ngaabu et dyanke ce chef grand.
Dhun dhoo siiwaama e oya taariika
Ceci filtré de l’autre tarik
Mo Tyerno Aliu no windi yhial
Que Tyerno Aliu a écrit substance
Hedeelan seedha mi haalanaon
Ecoutez-moi un peu je parlerai vous
Fii dyanke Waali ko dyon doolal
Sur Dyanke Waali propriétaire force grande
On laamin Ngaabu e fewndo mu’un
Lui a administré Ngaabu sous temps lui
Woni dyabbaaruudyo saliidho kulol
Etait impie refusant peur
Si o mahi tata makko o wii Turuban
Puis il construisit Tata son, lui appelé Turuban
Tata keldhudho huubhudho ngal kapital
Tata solide entourant cette capitale
Almaami Umaru Yahi Ngaabu o felli
Almamy Umaru se rendit Ngaabu il fusilla
o lantyiti on tata haa to bhalal


Il détruisit ce tata jusqu’à la fondation
Alfaa Ibrahima nde felloyno Tabadyan
Alfaa Ibrahima quand avait fusillé Tabadyan
E Puraada o hebhi polgal
Et Puraada il gagna victoire
o fawibhe sagalle bhe itti bhe dyonnimo
Il imposa eux impôt, ils enlevèrent, ils donnèrent lui
Haa si bhe murtani ittinegol
Jusque ils refusèrent être imposables
Konu ngaabu waroyii sakkundyo me’en
Armée ngaabu a tué Erudit notre
Abdul Ghuduusi ko dyon gandal
Abdul Ghuduusi propriétaire culture vaste
On dhon woni ben Tyernoodyo me’en
Lui-là est père Maître notre
Ibrahima mo Ndaama saliidho dyeyal
Ibrahima de Ndaama qui a refusé domination
On dartinoo porto e parte mu’un
Lui s’opposa blancs et leurs accoutrements
Si o harnibhe hoyre e dyinnidinegol
Lorsque il excéda eux par dénonciation et agitation
Alfaa lbrahima nabhi konu go’ o
Alfaa Ibrahima envoya armée partie
Kurubaali, buyaaga dhe wonti misal
Kurubaali, buyaaga qui servirent d’exemple
O warii hooreebhe, o dahii bheynguure
Il tua dirigeants, il soumit famille
o sunni kodholi o lantyi potal
Il incendia villages, il détruisit unité


Alfaa yahyaa bismor laamii
Alfaa yahyaa le téméraire régna.
Si o fewtani Ngaabu et Hi habhugol
Avant lui se diriger sur Ngaabu pour combattre
On moobhi koneeli o moobhi dyoga
Lui mobilisa troupes, il rassembla armes
Si o naatoyi Nyaabina feundo pudhal
Avant lui entrer Nyaabina moment aube
O dahii suddübhe o honi aalaadyi
Il s’empara des femmes, il confisqua armes
Et dyaube o fokkiti ruttoyagol
Et richesses, il s’appréta revenir
Tun Ngaabu Monii si bhe moobhi koneeli
Lorsque Ngaabu mis en colère, ils mobilisèrent troupes
Bhe yahi Ngaabuna ko Sakkoyagol
Ils partirent à Ngaabuna pour embuscade
Nde bhe fottoynoo dhon non bhe habhi
Quand ils se rencontrèrent là, ils se battirent
Hare sattunde ken si bhe hebhi polgal
Guerre meurtrière très avant ils eurent victoire
Bhe radhü konu Ngaabu e dhuudhude mu’un
Ils mirent en débandade armée Ngaabu nombreuse pourtant
Hi bhe bhurnoo sappo guluudyi duhol
Ils dépassèrent dix mille ceintures (hommes)
Bhen yiltii dyanfii yahi taarii
Eux retournèrent, usèrent ruse, allèrent contourner
Haa hunbhiti heblii fii warugol
Jusque encercler, prirent position pour tuer
Konu alfaa yahya luttitunoogu
Armée alfaa yahya restante
E rewbhe e dyawle ka daakorgal
Et femmes et richesses au camp


Si bhe wari dhon kala bhe bhe tawnoo dhon
Ils tuèrent là-bas tous ceux qu’ils trouvèrent
Si bhe rondii dyawlè e fii nabhugol
Avant prendre richesses pour emporter
Dhun wonti musiiba mo Fuuta Hebhaali
Cela devint malheur que Fuuta jamais eu
Wa mu’un haa yamondiri yondinagol
Jusqu’à convenir résignation
Alfaa Yahyaa e koneeli mu’un
Alfaa Yahyaa et troupes lui
Yahi naati Saruudya Ko moyhy inagol
Allèrent rentrer Sarundya pour se préparer
Yaha donkina Ngaabu e yimbhe mu’un
Aller relever défi Ngaabu et population leur
Si bhe dyattita dyawle bhe hetta gebhal
Avant retirer richesses et avoir droit
Ko e nder dhun nyaw bade yaltitidhon
C’est dans cela maladie variole apparut
Fidhi konu ngun fow woni maayoygol
Attaqua troupe entière provoquant mort
Bade dhen adori Alfaa Yahyaa
Variole commença par Alfaa Yahaya
On faati dhun woni ghabouringol
Lui fut décédé on l’inhuma
Bade dhen wari yimbhe luudyi nayi
La variole tua hommes mille quatre fois
Dhun satti e Fuuta bhe bheydi munyal
Cela durement ressenti par Fuuta, ils augmentèrent résignation
Hare Turuban nden le ko woni sabu mu’un
La guerre de Turuban pourtant a pour cause
Mi dho filloo hedho Hi maanditagol
Je vais raconter, écoute pour retenir
Alfaa Ibrahima hoydhu no tiggi
Alfaa lbrahima rêva épouser
Dyiwo tyedhdho mo Turuban dyon nhariwal
Fille tyedhdho de Turuban propriétaire grande beauté


Nden non si o immini dhidho sagataabhe
Après il envoya deux jeunes hommes
Ka Dyanke Waali ko taskoyagol
Chez Dyanke Waali pour s’y informer
Dyanke hendiibhe o tayhani mobee
Dyanké les prit, il coupa à chacun
Ngoya dyungo o hawki ka waynondiral
L’autre main, il jeta au moment départ
Bhen arti bhe holliti dhun Alfaa
Ils revinrent, ils informèrent cela Alfaa
On seytini sattini ngal kuugal
Lui se fâcha beaucoup cette action
Si o immini dhidho kadi bhen dhon men
Avant il envoie deux encore, ceux-là aussi
Tayhonaa dhidhi dyuudhe ka waynondiral
Coupées deux mains au départ.
Ko nde bhen dhon hewtituno hiwrii
C‘est quand ceux là revinrent et rendirent compte
Si o moobhi koneeli e Hi habhugol
Qu’il mobilisa troupes pour combattre
Nde bhe tokkituno hare hakkunde mabhbhe
Quand ils reprirent hostilités entre eux
Bhe habdi doyi duubhi ka renkondiral
Ils combattirent longtemps sans issue
HaaMoodi Aliiu mo Saalime on
C’est alors que Moodi Aliiu de Saalime
Wuggii haa nangoyi Dyanke waal
Fonça et s’empara de Dyanke grand
Nden Alfaa yeeni mo bhidho mu’un
Après Alfaa gratifia lui fille sa
No wiee Maymuuna ka weltanegol
Qui s’appelle Maymuuna pour reconnaissance
Dyanke addaa yo o silmu, o wii
Dyanke fut emmené pour se convertir, il déclara
Mi yidhaa lislaamu, bhe tayhimo koal
Je n’aime pas Islam, ils coupèrent lui tête grosse


Ko e on dhon fewndo bhe nangi Kunmantyo
C’est en ce moment là qu’ils capturèrent Kumantyo
Bhe addani Alfaa fii resugol
Ils l’emmenèrent à Alfaa pour épouser
Nde o resunoo on on dyibini kisan
Quand il l’épousa, elle mit immédiatement au monde
Alfaa yahyaa kaadee langal
Alfa yahya kaadee chef grand
On dartii porto o murtanibhe
Lui résista aux Blancs et fit eux guerre
Si bhe Nangi bhe nabhimo Gabon Kasugol
Cest alors qu’ils le prirent, ils l’envoyèrent au Gabon pour détention
Si o ittaa dhon o nabhaa kadi poor
Puis il fut enlevé là il fut amené ensuite port
Etien o kassaaton to ladyal
Etienne où il fut détenu jusqu’à sa mort
Ko nde hettunodhen ndii leydi me’ en
Cest quand nous avons reconquis cette Partie notre
Persiidan nulimen artirgol
Que le Président envoya nous pour ramener
Yhie makkodhe artiroya dhe maraa
Restes lui, ils furent ramenés et conservés
Kamayen no yahe dhoo dyuuroyagol
A Camayenne où on va pour se recueillir.

(Labé, 3 mai 1980)





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie