Accueil > Tous les numéros > Numéro 30 > 2 . LA FORCE DE VAINCRE DE SHIMON PERES (EDITIONS DU CENTURION, 1981 247 P., 1 CATRE)



2 . LA FORCE DE VAINCRE DE SHIMON PERES (EDITIONS DU CENTURION, 1981 247 P., 1 CATRE)
impression Imprimer

Ethiopiques numéro 30
révue socialiste
de culture négro-africaine
2e trimestre 1982

Auteur : Sékéné CISSOKO

Cet ouvrage de 247 pages est le résultat d’une série d’entretiens entre Joëlle Jonathan et le leader travailliste Shimon Pères. Le style épouse donc celui de l’oralité : il est simple, clair ; quelquefois le ton s’élève grave, profond, quelquefois bonhomme et amusant. Le lecteur est tenu en haleine comme dans un roman policier.
Cette autobiographie est en effet, l’aventure d’un homme, d’un Juif qui a vécu un épisode important de l’histoire du peuple juif ressurgi de la diaspora millénaire pour devenir un Etat qui ne cesse encore d’étonner le monde.
Shimon Persky est né en 1923 à Vichneva, gros village juif de 7 à 8.000 habitants en Russie blanche alors sous domination polonaise. Shimon a fortement subi l’influence de son grand-père paternel, grand rabbin orthodoxe, intellectuel juif, « un sage ». La famille était aisée. Le rêve de tous les Juifs était alors le retour sur la terre d’Israël. En 1932, le père Shimon y émigra et deux ans après, toute la famille l’y rejoignit. C’était l’étape décisive de la vie du jeune garçon.
Israël était alors occupé par les Arabes ; la coexistence n’était pas facile pour les nouveaux venus. La famille de Sh. P. s’installa à Tel Aviv où le jeune garçon poursuivit ses études pendant quelques années.
Très tôt, il prit conscience des problèmes sociaux et politiques et adhéra à 14 ans au mouvement des jeunes syndicalistes, le Hanoar Hoaved, puis rejoignit le Kibboutz Ben Sheneen. Sa vocation militaire se précisa et il s’inscrit au mouvement Haganah, organisation politique et militante dirigée contre la domination anglaise. Durant cette époque, il continua à faire son éducation par la lecture et par l’action. Il mena en 1940 sa première mission militaire qui se solda par un mois de prison et lui valut le nom de « Peres », « l’aigle ». Il se fit connaître dans les réunions, les congrès du mouvement et rencontra Ben Gourion qui allait désormais influencer sa vie.
Avec Ben Gourion, Eshkol et d’autres, il se voua à la cause d’Israël. L’ouvrage devient alors l’histoire vivante de l’Etat hébreux : sa création, ses luttes, son organisation, ses pionniers et ses héros.
La nation s’accroît de nouveaux immigrants ; de multiples problèmes d’installation, d’extension territoriale (nouveaux Kibboutz, moshav) d’exploitation des ressources d’un sol pauvre, se posent malgré la menace périodique qui pèse sur les frontières. C’est une grande aventure que vit alors le jeune Pérès pris en admiration pour Ben Gourion qui le plaça au Ministère de la Défense et le chargea de missions délicates pour chercher des armes et créer une armée moderne dotée d’un matériel qui fera ses preuves.
Shimon Pérès obtient des résultats inespérés au Canada et contribua au rapprochement franco-israélien qui permit à Israël d’avoir des armements importants en France. Aussi Israël surprit-il le monde par sa victoire éclair en 1956. Shimon Pérès monta une aéronautique israélienne de pointe et installa un réacteur nucléaire dans le désert de Negev.
Malgré l’hostilité de l’opinion publique israélienne, il œuvra à nouer des relations avec la RFA et parvint à obtenir du Ministre allemand de la défense une assistance gratuite en armes.
C’est grâce à cette politique qu’Israël remporta avec célérité ses victoires de 1956, 1968, 1973.
Dans l’intermède des crises extérieures, le parti travailliste (MAPAI) qui dirigeait le pays depuis la constitution de l’Etat, connut des problèmes graves : affaire Lavon, conflits de générations, caractère de plus en plus autoritaire de Ben Gourion qui rendit sa démission en 1963 et créa un nouveau parti, le Rafi, malgré le peu de convictions de ses jeunes compagnons, Shimon Pérès et Dayan.
Le Rafi ne put remporter les élections mais l’unité du MAPAI était rompue, et le parti affaibli. La guerre de six jours (1968) refit l’unité et Madame Golda Meir fut élue Premier Ministre. Malgré l’antipathie qu’elle éprouvait pour Pérès, elle le prit comme Ministre sans porte feuille chargé des nouveaux territoires et des réfugiés, puis en 1971, des transports. C’est en cette année que, grâce à la fermeté de Pérès, Israël remporta une victoire éclatante sur les militants de l’OLP qui ont enlevé un avion de la Sabena avec des otages israéliens.
C’était l’apogée du parti et du gouvernement travailliste. Les problèmes internes n’étaient pas cependant résolus. La guerre de Yom Kippour en octobre 1973 où Israël fut sérieusement ébranlée par l’armée égyptienne et perdit son mythe d’invincibilité exaspéra l’opinion nationale malgré la victoire finale. Le « pays était triste malgré la défaite ». Golda Meir démissionna en 1974 et le parti divisé entre Shimon Pérès et Rabin qui ne l’emporta qu’à 52 % des voix.
Des scandales politiques, la création d’un nouveau parti, le Dash, par Ygaël Yadin, affaiblirent de nouveau le parti qui perdit la majorité aux élections de 1977. La nomination de S. Pérès à sa tête ne changea en rien la situation. Begin victorieux forma un gouvernement de coalition sans les travaillistes.
Un des derniers chapitres de l’ouvrage raconte l’affaire d’Entebbé tout à l’honneur de l’armée qui parvint, dans le plus parfait secret, selon une stratégie respectée à une minute près, à libérer les otages israéliens détenus par des pirates à Entebbé en Ouganda.
Dans les cinq dernières pages, l’auteur répond aux questions sur la paix, les problèmes sociaux, économiques d’Israël, le sens de sa propre action politique.
La force de vaincre est un livre d’action passionnant sur la vie exemplaire d’un homme qui a grandi dans l’action, qui a contribué à forger le destin d’une jeune nation, qui est fort parce qu’il est mû par un idéal et qui s’efforce de rester fidèle à cet idéal.





Site réalisé avec SPIP avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie